img/news/300-article2.jpg

2016 s'annonce comme une année record dans l'immobilier

Ajouté le 26/12/2016


Les notaires ont enregistré à la fin du mois de septembre un nombre de transactions immobilières au plus haut depuis 10 ans. Les prix commencent à remonter. L’année 2016 devrait être un bon cru pour les agents immobiliers .

Selon les chiffres publiés par les notaires ce mardi, le nombre de ventes réalisées sur un an, à la fin du mois de septembre, a atteint un niveau inédit depuis dix ans. 838.000 biens immobiliers ont été cédés entre septembre 2015 et septembre 2016, soit 11% de plus que l’année dernière. La hausse est particulièrement marquée en Ile-de-France, où les ventes de logements anciens ont progressé de 15% sur un an!

Le marché a profité de taux de crédit exceptionnellement bas et d’un retour de la confiance. «Après trois années d’attentisme», les ménages se sont enfin décidé à concrétiser le projet immobilier qu’ils nourissaient depuis plusieurs mois, voire plusieurs années, ce qui a engendré un effet de rattrapage.

Il faut dire qu’entre octobre 2015 et octobre 2016, la baisse des taux a représenté l’équivalent d’une baisse des prix de l’immobilier de 7,5%, selon Crédit Logement. L’effet sur le pouvoir d’achat des ménages a été d’autant plus important que les prix sont restés sages.

Les prix flambent à Paris

Ils ont toutefois recommencé à grimper au deuxième trimestre 2016, sous l’effet d’une demande accrue, et poursuivent ce mouvement au troisième. Selon les notaires, le prix des appartements anciens a progressé de 1,4% sur un an à la fin du mois de septembre et celui des maisons de 2%. S’agissant des appartements, les hausses de prix sont surtout concentrées dans l’agglomération parisienne, où les tarifs s’accroissent plus nettement (+2,7%). Les notaires prévoient pour le mois de janvier une inflation des prix de 6,2% sur un an à Paris. Le m2 parisien devrait se monnayer en moyenne 8490 euros, un niveau inédit.

À Paris, les prix de l’immobilier se rapprochent de leurs niveaux records Ailleurs en France, l’heure est loin d’être à la flambée des prix. Celui des appartements ne progresse que de 0,3% et reste à son niveau de 2009.

Le prix des maisons progresse a contrario plus vite en régions (+2,1%) qu’en Ile-de-France (+1,2%). Le marché français reste par ailleurs très hétérogène: si certaines villes comme Paris (+3,6%) et plus encore Bordeaux (+4,1%), voient leurs prix fortement progresser, d’autres villes comme Angers, Montpellier ou Saint-Etienne enregistrent de leur côté une nouvelle baisse.

Avec un budget de 150.000 euros, un acquéreur avait à la fin du mois de septembre le choix entre un 3 pièces à Toulouse, un 4 pièces à Tours et un 5 pièces à Brest... Par Marie Bartnik